Plongez dans la tête d’un auteur !

Plongez dans la tête d'un auteur !

Dans cette série d’articles, je vous propose de plonger dans la tête d’un auteur, de passer de l’idée à la plume, de la théorie à la pratique, de l’idée à son évolution, à la création d’une terre, d’une région, d’une ethnie.

Au programme, la création d’une terre, d’un peuple, celui des Terres Nomades!

Si vous n’avez pas lu le premier article, n’hésitez pas à le découvrir juste ici pour comprendre les raisons, l’origine des idées développées dans cet article!

Dans la tête d’un auteur : Les Terres Nomades

 

Pour mémoire l’origine, l’histoire des terres Nomades est intimement liée à la présence des chevaux.

Les chevaux étant nés du sacrifice de Gaorn (dieu créateur dont sont issus tous les animaux terrestres), ils gardent en eux une partie de son esprit, une infime trace de sa conscience, de sa lumière créatrice.

Côtoyer un cheval revient donc à côtoyer son créateur. Les chevaux ne peuvent donc être considérés comme de simples animaux, mais bel et bien comme des créatures divines qu’il faut choyer, chérir de leur naissance à leur mort.

Vous vous en souvenez peut-être l’idée de base pour la capitale des Terres Nomades était celle-ci; une simple colline à l’image de celle de Silburry.

Silburry vu de côté
La colline de Silburry de face

Dans la tête d’un auteur : Organisation de la capitale

 

Ne me demandez pas pourquoi, mais j’aime bien l’idée d’avoir une colline pour maison. C’est un peu la version humaine d’une fourmilière et mine de rien ça donne pas mal d’idées! 

On l’a vu plus haut, les chevaux ne sont pas des animaux comme les autres, ce sont des créatures divines qui doivent être bénies, choyées tout au long de leur vie.

Du coup, quitte à avoir une capitale, autant qu’elle soit exclusivement construite pour le bien être des chevaux. ( Ca tombe bien c’est en plus totalement raccord avec leur mode de vie, leur idéologie).

Ce ne sont bien sûr que des ébauches amenées à évoluer, mais vous comprendrez le concept.

L’idée de départ est simple, coller aux besoins des chevaux en fonction de leur âge, des grandes périodes de leur vie. Pas de complexité pour le moment, je suis resté dans le classique à savoir:

 

Naissance / Apprentissage / Maturité / Vieillesse

 

Du coup la capitale des Terres Nomades s’articule autour de 4 grandes collines dont les noms provisoires sont les suivants:

 

– Le grand cri :

Elle est la plus petite des quatre collines. C’est en son sein que naissent les poulains/ pouliches. Elle est construite pour protéger, choyer les plus jeunes avant qu’il ne commencent leur apprentissage. 

 

– Tonnerre :

Elle est la plus grande des quatre collines. Entièrement consacrée à l’apprentissage, à l’entrainement, elle accueille les plus jeunes pour développer leurs capacités.

 

– Eternité :

Est la première colline à avoir vu le jour. Au fil des années et du développement de la ville, la elle a gagné en taille, en hauteur. Consacrée aux chevaux dans la force de l’âge, son ascension est aussi difficile que son panorama splendide une fois arrivé au sommet.

 

– Le dernier soupir :

C’est la plus basse de toutes les collines. Après avoir passé une entière à parcourir le monde, les chevaux trop fatigués se retirent dans leur dernière demeure.

Vue de profil des collines

Dans la tête d’un auteur : Evolution de l’histoire des Terres Nomades

 

Aussi étonnant que ça puisse paraître, avoir trouvé l’allure générale, la disposition même temporaire de la capitale des Terres Nomades me donne d’autres idées, notamment par rapport à l’évolution de son histoire.

Comment j’arrive à relier les deux me direz-vous? C’est très simple et la solution tient en deux questions!

Pourquoi? Comment?

Oui, je sais, je suis chiant avec mes questions qui reviennent dans un article sur deux! Mais vous le voyez, je me les pose aussi!

A priori nos amis Nomades ne sont pas les meilleurs niveau construction alors comment est-ce qu’ils ont pu créer, construire toutes ces collines? Pourquoi est-ce qu’ils ont eu besoin de le faire d’ailleurs? S’ils ne l’ont pas fait pour eux c’est que quelque chose, quelqu’un les y a inciter, forcer.

Car oui, même si on s’intéresse à cette seule région, l’histoire des terres Nomades s’inclut dans l’histoire bien plus vaste du monde de Mélianor.

La aussi le découpage est pour le moment très large et très primaire mais peu importe:

Frise chronologique Terre Nomades

Epoque 1 : Liberté

Les Nomades n’ont pas d’endroits fixes, dorment à même le sol. Seul compte la proximité avec leur monture.

 

Epoque 2 : Première sédentarité

Les différentes tribus qui composent le peuple Nomade se réunissent. Les premières pierres de la capitale sont posées. Pour la première fois dans leur histoire, les Nomades possèdent une cité fixe.

 

Epoque 3: Découvertes et escarmouches.

Les autres régions du monde viennent de plus en plus régulièrement sur leur terre. Période de guerres et de conflits.

 

Epoque 4 : Paix

Conscients qu’ils ne pourraient tenir si plusieurs régions du monde venaient à s’allier contre eux, les Nomades décident d’accepter la paix de Nimos, premier grand roi et unificateur du monde des hommes.

 

Epoque 5 : Bonheur et sédentarité

En contrepartie de la paix, les Nomades exigent que les meilleurs Bâtisseurs viennent agrandir leur capitale. Début de la construction des 4 collines vues plus haut, considérées une fois leurs constructions achevées comme faisant partie des plus belles œuvres existantes.

 

Epoque 6 : Renommée

Plus leur cité est visitée, plus leur renommée s’accroît partout sur terre, les Nomades parcourent à leur tour les différentes régions du monde. De nombreux maisons d’émerveillement sont construites un peu partout sur terre pour les accueillir.

Comme vous pouvez le voir, les idées se développent peu à peu, elles gagnent en profondeur, en précision, en cohérence.

Beaucoup de directions, d’idées sont possibles, mais certaines s’imposent d’elles mêmes en fonction de la vision, mes envies.

Si vous aussi vous voulez vous lancer, n’hésitez plus! Laissez la peur, les doutes de côté, prenez un crayon, un stylo, notez vos idées, de la plus pertinente à la plus improbable!

En espérant que cette petite incursion dans la tête d’un auteur vous ait plu !

À très vite pour de nouvelles découvertes.

Julien.

2 thoughts on “Plongez dans la tête d’un auteur !”

  1. J’aime beaucoup ces deux premières articles dans ta tête ! J’ai hâte de lire la suite.

    La première idée qui m’est venue avec les 4 âges pour 4 collines : les juments vivent avec leur poulain donc elles doivent être à la fois sur la première et la troisième colline. La seconde idée : des chevaux libres vivent en horde avec des individus de tout âge, et ils courent dans les plaines… Ce qui paraît opposé à l’idée de la capitale que tu nous présentes…

    1. Merci beaucoup! Content que tu apprécies !
      C’est l’idée effectivement! Mais les collines servent surtout d’apprentissage constant pour les chevaux tout au long de leur vie.

      De ce que j’ai en tête, les chevaux sont très liés à leur cavalier, c’est eux qui le choisissent, ils forment un vrai couple. Du coup la relation jument/étalon poulain est quasiment absente, chaque animal va s’attacher à son cavalier (un peu comme un dragon et son dragonnier).Même si les liens maternels/paternels existent, ils sont plutôt ténus par rapport à la relation homme/animal.

      Une fois que le cheval est assez grand/mature, il va explorer le monde avec son dresseur, je suis plutôt resté dans le côté individuel que dans le côté horde tous les chevaux vont cavaler ensemble 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *