Je l’avoue, j’ai plagié….

Ca y est, le gros mot est lançé! S’il y a bien un mot capable de déchaîner les foudres d’un continent, d’une planète entière, c’est bel et bien celui-là !

Que ce soit en musique, en stand-up où en littérature, l’actualité est régulièrement parsemée de ce genre de titres. Je dois l’avouer ici, peu importe les conséquences, j’ai plagié… En quelque sorte…

Je vois votre tête d’ici, en quelque sorte? Soit t’as plagié et t’es un gros con, soit tu l’as pas fait et tu nous fait perdre notre temps donc t’es un con quand même !

Une prison dans la montagne :

 

Pour rendre l’univers et donc l’histoire de Mélianor la plus cohérente et la réaliste possible, j’avais besoin d’une prison. L’idée peut paraître étrange, mais à y réfléchir, elle n’est pas si saugrenue. Personne ne s’est jamais s’offusqué en lisant de magnifiques descriptions de palais, de salle du trône. Après tout, une prison n’est-elle pas le palais des bannis et des criminels, les cellules ne sont-elles pas autant de lieux où se déroulent les jeux de pouvoirs et de conspirations ?

L’idée de base était simple, créer une prison dans une région où les montagnes sont prédominantes, que ce soit dans la géographie comme dans la culture.

Si on souhaite créer un monde réaliste ce qui est mon cas avec Mélianor, par moment, les possibilités ne sont pas infinies. Plusieurs solutions sont à mon sens possible :

-Creuser le sol et faire une prison sous terre.

-Construire une prison au sommet d’une montagne ou d’un pic.

-Creuser la roche et faire des cellules littéralement dans la montagne.

Une peine à la hauteur à du crime :

.

Pour raison assez étrange, surement dûe à un sadisme prononcé, mon choix s’est porté sur la troisième solution.

En plus d’empêcher toute évasion, créer des cellules sur le flanc même de la montagne oblige ceux qui sont condamnés de voir le monde vivre, évoluer sans eux. Les prisonniers ont ainsi pleinement conscience de ne plus faire partie de l’humanité, d’être d’ores et déjà mort, ce qui est un châtiment à part entière. Si en plus ils peuvent devenir complètements tarés entre temps, c’est pas plus mal !

Quitte à être vicieux, autant emmerder nos pauvres prisonniers le plus possible. Là aussi, les concepts ne peuvent sans cesse être réinventés, mais un sol légèrement en pente suffit amplement. Si jamais le prisonnier s’endort, où s’il ne fait pas attention…hop! Plus de prisonnier !

Le résultat de ma réflexion, c’est la prison de Long Pardon que vous pouvez découvrir ici.

 

La prison de Long Pardon

Plagiat, inspiration, hommage ?

.

Pour autant, dans l’hypothèse hautement improbable (mais tellement espéré) où Mélianor rencontre un jour un public, comment sera considéré, par exemple, la prison du Long Pardon? Dira-t-on que j’ai été influencé, inspiré par l’oeuvre de G.R.R Martin, où que j’ai honteusement plagié son travail sans vergogne? Et si c’est le cas, comment je pourrais me défendre? Qui me croira?

Nous sommes tous influencés à des degrés plus ou moins divers, dans nos actions, nos pensées, nos œuvres. Dans un monde de plus en plus ouvert et diversifié, nous avons pourtant étrangement tous les mêmes références. La frontière entre une création originale, une inspiration et un plagiat n’a jamais été aussi floue et ma petite expérience n’a fait que renforcer mon idée selon laquelle les choses sont très souvent beaucoup plus complexes qu’il n’y parait, encore plus en matière de littérature, de mots et d’idées.

Si vous aussi vous avez vécu quelque chose de similaire, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires ou en messages, on pourra se soutenir mutuellement dans notre peine!

A très vite pour de nouvelles digressions littéraires! Julien !

Related Post

Entre les lignes Il y a maintenant quelques années, je cherchais des blogs d'auteurs, d'écrivains auxquels je pourrais me rattacher pour avoir des conseils, de l'aide...
Magie, dragons et fantasy ! Comme vous l'avez surement remarqué en vous baladant sur les quelques articles du site, il s'agit bien de parler de fantasy au sens premier du terme...
Le problème des Orcs Quoi, ils ont un problème les Orcs? Bon d'accord, ils sont pas super beau, c'est pas les plus gentils...,c'est pas forcément les plus malins du lot...
Pourquoi faut-il se demander pourquoi ? "Pourquoi ? " En voila une bien bonne question! A première vue, ce simple "pourquoi" n'a pas l'air bien méchant. Il nous rappelle généralement les que...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *